Paris : enquêtes en cours après l’agression sexuelle d’une sous-traitante à la prison de la Santé

Posted on

L’agresseur était d’ores et déjà en détention provisoire pour viol.

Deux enquêtes, judiciaire et administrative, sont en cours après l’agression sexuelle en août d’une employée d’une société privée dans la prison parisienne de la Santé par un détenu qui y était écroué pour viol, a-t-on appris vendredi 2 septembre de sources concordantes.

Dans le cadre d’une information judiciaire ouverte le 18 août, le suspect, âgé de 33 ans, a été mis en examen notamment pour «tentative de viol» et «agression sexuelle» et placé en détention provisoire, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information du journal Le Parisien. Parallèlement, l’Administration pénitentiaire (AP) a lancé une enquête administrative pour identifier d’éventuels dysfonctionnements au sein du centre pénitentiaire, selon une source proche du dossier.

À lire aussiBesançon : un faux dermatologue soupçonné de cinq viols et sept agressions sexuelles

Les faits remontent au 8 août. Dans la matinée, la victime, chauffeuse polyvalente pour une entreprise sous-traitante de l’AP, se trouve dans la buanderie de la prison de la Santé où elle doit gérer la livraison de dizaines de matelas, a précisé une autre source proche du dossier. Habituée à travailler en prison, la salariée de 34 ans est alors aidée dans sa tâche par des détenus «auxiliaires» qui sont régulièrement affectés à des petits travaux en détention. Un premier incident survient en début d’après-midi dans cette partie de la prison dépourvue de caméras de vidéosurveillance : un de ces «auxiliaires», en détention provisoire pour viol, tente d’embrasser la victime qui le repousse aussitôt.

Malgré cette première alerte, le détenu parvient quelques heures plus tard à se retrouver seul dans la même pièce que la salariée et lui aurait alors fait subir des attouchements avant de tenter de lui imposer une pénétration digitale. Elle réussira finalement à se libérer de son étreinte et à quitter la pièce. Joint par l’AFP, son avocat, Me Tristan Vieules Augendre, a formé le vœu que l’enquête «permette de faire toute la lumière sur les éléments qui ont rendu possible la survenance de l’infraction» et «qu’elle envisage toutes les responsabilités possibles et pas simplement celles, directes, de l’auteur».

À VOIR AUSSI – Violences faites aux femmes: «Il faut que la parole se libère encore davantage», lance Éric Dupond-Moretti

Jasaseosmm.com Smm Panel is the best and cheapest smm reseller panel Buy Facebook Verification for instant Instagram likes and followers, Buy Verification Badge, Youtube views and subscribers, TikTok followers, telegram services, and many other smm services. telegram, and many other smm services